Les jets et avions privés évitent les turbulences croissantes

  • La hausse des températures dans l’atmosphère pourrait causer plus de turbulence aux altitudes de croisière.
  • La turbulence coûte déjà 200 millions de dollars par année aux compagnies aériennes.
  • De meilleures prévisions sont nécessaires pour économiser l’argent des compagnies aériennes et empêcher plus de personnes d’être gravement blessées.
  • Pour jets et avions privés, c’est assez facile d’eviter ces turbulences.

Les changements climatiques vont provoquer une «turbulence sévère» pour les passagers aériens dans le monde entier.

Vous vous sentez un peu paniqué d’être à 12.000 m d’altitude? Craignez-vous l’annonce redoutée de “turbulence”? Eh bien, grâce au réchauffement climatique, votre trajet risque de s’aggraver.

Dans la toute première étude sur la turbulence, les scientifiques ont découvert que d’ici 2050 à 2080, les «bosses» «sévères» deviendront monnaie courante pour les passagers en raison du changement climatique.

L’étude, publiée en ligne dans Geophysical Research Letters, un journal de l’American Geophysical Union, indique que la turbulence extrême est causée par des forces plus fortes que la gravité et qu’elle couvre les oreilles assez fort pour jeter les gens et les bagages.

turbulences pour les jets
Crédit: Paul Williams

Une carte de la variation en pourcentage de la quantité de turbulence modérée à la période 2050-2080 à 12.000 m d’altitude en automne (septembre, octobre, novembre) en Amérique du Nord.

Essentiellement, cela fonctionne comme ceci: le réchauffement climatique augmente les températures et par conséquent les vents instables à haute altitude sont renforcés, ce qui crée une turbulence intense et plus fréquente.

Ça va être difficile à éviter aussi. Les chercheurs ont constaté que les destinations les plus populaires sont susceptibles d’être les plus touchées en raison de la fréquence du trafic aérien. Ils ont dit que les fortes turbulences à une altitude de croisière typique sont susceptibles de devenir deux ou trois fois plus fréquentes dans l’Atlantique Nord (180% plus fréquentes), en Europe (160% plus fréquentes), en Amérique du Nord (110% plus fréquentes), le Pacifique Nord (90% plus fréquentes), et l’Asie (60% plus fréquentes).

L’hémisphère sud et les régions tropicales ne s’en éloignent pas non plus. La quantité d’espace aérien contenant de fortes turbulences devrait augmenter de 60% en Amérique du Sud, de 50% en Australie et de 50% en Afrique.

En dépit de la pensée commune, la turbulence est très peu susceptible d’être mortelle ou de causer un réel danger à l’avion lui-même, mais il peut bien sûr causer des blessures.

À l’heure actuelle, il s’agit de la cause la plus fréquente de blessures graves chez les agents de bord et on estime que cela coûtera jusqu’à 200 millions de dollars par année aux compagnies aériennes américaines.

Parlant des résultats de l’étude, Paul Williams, professeur de sciences atmosphériques à l’Université de Reading au Royaume-Uni et auteur principal de la nouvelle étude, a déclaré: “La turbulence aérienne augmente à travers le globe, en toutes saisons et à de multiples altitudes de croisière. Ce problème ne fera que s’aggraver à mesure que le climat continuera de changer. ”

“Notre étude souligne la nécessité de développer des prévisions de turbulence améliorées, ce qui pourrait réduire le risque de blessures pour les passagers et réduire le coût de la turbulence pour les compagnies aériennes.”

Les turbulences sont plus faciles à éviter en jet et avion privé

En jet privé, votre pilote, même en cas de location de jet privé, saura vous dire quels couloirs aériens sont plus susceptibles de contenir des turbulences. Vous pourrez ainsi choisir une route ou une  altitude plus “tranquille”. En avion privé à hélice, vous pourrez voler à basse altitude, là où il n’y a pas de turbulences. Vous aurez aussi plus de flexibilité, par exemple évitant de consommer des repas dans des zones de turbulence.

Post précédent

Prochaine post