Les jets privés, protagonistes de la solidarité internationale

Les jets privés, moyens d’aide caritative

avions privés et solidarité
avions privés et solidarité – photo Air Care Alliance

Il arrive souvent de lire que les jets privés sont une exhibition de luxe et de richesse éhontés. Il est vrai que la richesse n’est hélas pas distribuée de manière homogène sur la planète. Néanmoins, gardons-nous de juger, car à mon avis, l’utilisation qu’on fait de ses biens compte plus, au niveau éthique, que leur coût, parfois exorbitant pour le commun des mortels. On peut avoir une voiture, et en être si jalous qu’on ne la prête même pas à sa famille; on peut avoir un jet privé, et l’utiliser pour le plus grand bonheur de tous, comme le démontre cette expérience édifiante qui suit.

Philanthropie en vol: les avions privés à la rescousse là où c’est le plus nécessaire

avions privés et solidarité
avions privés et solidarité – photo Air Care Alliance

Les pilotes et les propriétaires d’avions privés font don de leur temps et de leurs avions pour aider à acheminer des fournitures et évacuer les plus vulnérables après les catastrophes naturelles. À la fin de 2010, Barbara McLean faisait du bénévolat en tant qu’infirmière dans une clinique en Haïti, s’occupant de personnes encore touchées par le tremblement de terre qui avait frappé 11 mois auparavant. De tous les patients de son unité de soins intensifs de fortune, McLean s’inquiétait surtout d’une jeune fille de 12 ans, Reina, qui avait développé le syndrome de Guillain-Barré, une maladie auto-immune débilitante qui s’était aggravée dans les mois suivant le séisme. Après une catastrophe environnementale, des éléments toxiques dans l’air et l’eau peuvent déclencher une maladie grave des mois après que l’aide humanitaire initiale s’est dissipée.

«Une catastrophe environnementale est une grosse boule de détresse qui dégringole et devient de plus en plus grande», explique McLean. “Et il est beaucoup plus difficile de trouver un soutien humanitaire avec ces séquelles secondaires.”

Après des mois de lutte contre la maladie, Reina était immobile et sa respiration arrêtée plusieurs fois par jour. McLean savait qu’elle ne survivrait pas ou ne s’améliorerait pas à moins d’être hospitalisée aux États-Unis. Elle a donc passé des semaines au téléphone pour trouver un hôpital qui admettrait la fille et la traiterait gratuitement. Un hôpital de Charlotte, en Caroline du Nord, a accepté, mais il y avait toujours le problème du transport sans ambulances disponibles et pas de vols pouvant accueillir un patient qui ne pouvait pas s’asseoir et qui aurait besoin de soins de vol constants. Quelqu’un à la clinique a appelé Aerobridge, un organisme à but non lucratif basé aux États-Unis qui coordonne les vols de fournitures, le personnel médical et l’équipement pour les catastrophes environnementales dans le monde entier. Il a coordonné la plupart des vols donnés à et de Haïti après le tremblement de terre pour apporter des milliers de médecins et des dizaines de milliers de livres de fournitures à ceux dans le besoin. Il a également transporté des patients par avion dans les mois qui ont suivi le séisme, et il était encore actif sur l’île. Aerobridge a exploité son réseau de donateurs et, le lendemain de Noël, a trouvé une famille aux États-Unis qui ferait don de son Gulfstream IV privé pour le voyage à la seule condition que la famille reste anonyme.

Reina s'envole dans l'avion. Photo Alan Staats AERObridge
Reina s’envole dans l’avion. Photo Alan Staats AERObridge

«Nous ne l’aurions jamais amenée aux États-Unis sans l’incroyable générosité de cette famille, et je ne sais toujours pas qui ils sont», dit McLean. «C’était un bel avion, avec des sièges en cuir et un agent de bord qui était merveilleux.»

Parce que l’utilisation d’un jet privé n’est pas un cadeau à gaspiller, et parce qu’il y avait une épidémie de choléra en Haïti à cette époque, Aerobridge a chargé le Gulfstream avec 2.000 kilos de purificateurs d’eau, des comprimés de chlore et des antibiotiques pour le vol vers l’aéroport de Port-au-Prince. Ce vol a aidé à sauver la vie de Reina et a aidé des dizaines ou des centaines d’autres personnes dans le besoin immédiat de médicaments et d’eau potable.

L’aviation générale a une longue histoire d’aide aux patients et aux communautés dans le besoin. Parmi les premiers intervenants des ouragans Harvey et Irma étaient des pilotes privés qui chargeaient leurs Cessnas, Pilatus, ou Falcons avec de la nourriture, de l’eau potable et des médicaments, et pouvaient entrer dans les petits aéroports avant que d’autres travailleurs humanitaires puissent arriver. Nous avons fait du triage un art », explique Alan Staats, qui a travaillé sur le terrain en Haïti au nom d’Aerobridge. Mais il n’a jamais été aussi facile pour les propriétaires d’avions d’affaires de faire don de vols ou de temps de vol aux personnes dans le besoin. Les propriétaires d’avions peuvent contacter Air Care Alliance, une organisation faîtière pour plus de 60 organisations qui fournissent des vols pour des organisations caritatives.

Post précédent

Prochaine post

Laisser un commentaire